Mike German, ancien agent : le FBI fabrique de faux complots terroristes

Pendant vingt-cinq ans, Mike German a travaillé comme agent spécial du FBI. En 2004, il démissionne après avoir dénoncé les dérives de la lutte antiterroriste aux États-Unis. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, débusquer les terroristes est devenu la priorité numéro un. Sur le terrain, des informateurs ont pour mission d’identifier des cellules antiterroristes avant qu’elles ne passent à l’action. Sous pression, certains ont été poussés à créer de toutes pièces des cellules intégristes. (2min51) (vidéo originale ici)

Des affaires fabriquées de toutes pièces

Mike German décrit un système bien rodé : l’agence attirerait des musulmans dans ses filets à l’aide d’agents infiltrés qui vont les pousser à faire l’apologie d’actes de terrorisme. Dans ces cellules identifiées par l’agence, ni armes, ni ressources, ni complot avant l’arrivée de ces informateurs, prêts à souffler mot pour mot à leurs contacts les délits pour lesquels ils seront condamnés. L’ancien agent explique à la journaliste Virginie Vilar la méthode mise en place par le FBI, prêt à fournir des armes, de l’argent ainsi que le plan de l’attaque. Pour lui, « c’est de la fabrication d’affaires ». C’est aussi la conclusion d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch publié le 21 juillet 2014.

Un budget de 3 milliards de dollars

Pour mener la « guerre contre le terrorisme » lancée par le président George W. Bush, le budget du FBI a considérablement augmenté. Il est désormais de 3 milliards de dollars annuels. Pour Mike German, cela ne fait aucun doute : l’agence est tenue par une « politique du chiffre ». Il lui faut des coupables à tout prix. « On dirait que le FBI essaie d’entretenir la peur dans l’opinion publique et auprès du Congrès, qui décide de lui donner de l’argent et du pouvoir. »

Les Américains musulmans stigmatisés

« La communauté musulmane est suspectée d’office », poursuit-il. « En envoyant des informateurs, le FBI mène plusieurs intrusions dans cette communauté − pas seulement pour fabriquer de faux complots terroristes, mais aussi pour, tout simplement, espionner les musulmans. » Cibler une communauté pour sa pratique religieuse est, selon lui, un acte injustifiable dans une démocratie.

Source : francetvinfo.fr


Le FBI aurait poussé des Américains musulmans à commettre des attentats

[Information de 2014 – Source : ici.radio-canada.ca]

« La police fédérale américaine (FBI) a « encouragé, poussé et parfois même payé » des citoyens américains de confession musulmane pour commettre des attentats sur son territoire dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, selon un rapport de l’organisme Human Rights Watch (HRW).

(Reuters) « Le ministère américain de la Justice et le FBI ont ciblé des musulmans américains dans des opérations clandestines de contre-terrorisme abusives, fondées sur l’appartenance religieuse et ethnique », dénonce HRW. L’organisme a recensé plus de 500 affaires de terrorisme devant les tribunaux américains.

Appuyée par l’Institut des droits de l’homme de l’École de droit de l’Université de Columbia, HRW a particulièrement suivi 27 dossiers, de l’enquête au procès. Les deux organismes ont rencontré 215 personnes – inculpés, proches, avocats, juges et procureurs – en lien avec ces affaires.

« Dans certains cas, le FBI pourrait avoir créé des terroristes chez des individus respectueux de la loi en leur suggérant l’idée de commettre un acte terroriste », résume HRW, estimant que la moitié des condamnations résultent de coups montés.

« On a dit aux Américains que leur gouvernement assurait leur sécurité en empêchant et en punissant le terrorisme à l’intérieur des États-Unis », a déclaré l’un des auteurs du rapport, Andrea Prasow. « Mais regardez de plus près et vous réaliserez que nombre de ces personnes n’auraient jamais commis de crime si les forces de l’ordre ne les avaient pas encouragés, poussés, et parfois même payés pour commettre des actes terroristes. »

Quand le gouvernement fournit « l’idée et les moyens » du crime

Le rapport souligne que l’agent d’infiltration a joué un rôle actif dans la tentative d’attentat dans 30 % des cas étudiés.

HRW cite le cas des quatre suspects de Newburgh, accusés d’avoir fomenté des attentats contre des synagogues et une base militaire américaine. Le juge a finalement statué que le gouvernement avait « fourni l’idée du crime, les moyens, et facilité » les attentats en plus de transformer des hommes, « dont la bouffonnerie, était shakespearienne », en « terroristes ».

Le FBI a également ciblé des personnes vulnérables, dont certaines souffraient de problèmes mentaux et intellectuels. Le rapport souligne également le cas de Rezwan Ferdaus, qui a été condamné à 17 ans de prison pour sa tentative d’attaquer le Pentagone et le Congrès avec des mini-drones bourrés d’explosifs.

Un agent du FBI avait indiqué que Ferdaus avait « de toute évidence » des problèmes mentaux. L‘opération avait été entièrement conçue avec l’agent d’infiltration.« 



Note : On comprendra mieux les évènements du 11 Septembre 2001.


Aller plus loin :

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s